mardi, septembre 12, 2006

Bairta Mongolia *

C’est avec joie que nous avons retrouvé notre vieille Citroën qui nous attendait bien sagement chez les parents de Borgio, un ami mongol. Nous avions commandé quelques pièces avant de partir en Chine, qui étaient arrivées entre-temps par DHL. Steph se réjouissait de redonner un peu de jeunesse à certaines parties du moteur, fatiguées par les 18 000 km déjà parcourus.
Mais avant de mettre les mains dans la bonne graisse mécanique, il a d’abord voulu la nettoyer de la boue des pistes, histoire d’y voir plus clair. Elle a eu droit à un shampouinage en règle pour les retrouvailles !


Ensuite phase « remise en forme » avec le remplacement de la pompe a essence qui nous avait joué des tours quelques chapitres auparavant, changement de l’hélice qui avait perdu quelques palles et pose de nouveaux segments, histoire de lui redonner un peu de pêche. Il a fallu deux petites journées pour réviser l’ensemble de l’Ami6.
Du coup, entre la mécanique, la rédaction du blog et les formalités pour lancer la demande de visa russe, nous passerons finalement 10 jours à Ulan Bator !


Mais nous avions aussi quelques amis à revoir et c’est finalement bien agréable de retrouver un univers connu, nos habitudes comme les petits croissants de la boulangerie française, tenue par un Alexandre toujours souriant … Quand on est en perpétuel mouvement, le plaisir de retrouver quelques attaches, aussi fines soient-elles donne un peu l’impression de retourner a la maison ! Du coup on a pas vu le temps passer et on s’est sentis un peu moins oppressés par la vie citadine que les autres fois. La Chine nous aurait-elle vaccinés avec ses mégapoles ? ...

Nous avons aussi revu Nanjid, notre super chauffeur, que nous avons eu grand plaisir à retrouver. Comme toujours il s’est montré prêt à nous rendre service : il a conduit Stéphane dans ses repères à trésors mécaniques, discutant les prix pour lui et lui dénichant les meilleurs coins pour tout ce dont il avait besoin.

Il a tenu à faire une séance photo avec le costume traditionnel mongol, et nous sommes allés au pied du Grand Bouddha qui domine Ulan Bator pour avoir un décor digne de nos tenues !!!
Nanjid est quelqu’un de formidable et probablement le mongol avec lequel nous avons le mieux sympathisé. Nous espérons vraiment rester en contact avec lui.















Par contre nous avons aussi retrouvé d’autres connaissances dans la capitale de Mongolie : les enfants de la rue. Nous n'en avions pas parlé jusqu'alors mais l'hiver approchant, leur sort ne peut laisser indifférent. Ces enfants, tous venant de milieux très difficiles ont soit fuit des parents alcooliques ou abusifs, soit se sont retrouvés livrés a eux-mêmes, la famille ne pouvant plus les nourrir. C’est digne d’une histoire de Petit Poucet, mais il existe en effet une réelle misère sociale dans les faubourgs d'Ulan Bator, et ce n’est pas un conte de fée, c’est bien réel et ça se passe en 2006.Mais le plus terrible c'est que quand vient l'hiver les mômes n'ont alors pour seul refuge contre le froid, que les égouts de la ville ! Ils vivent ici, entre les conduits de chauffage central et d'eau chaude qui leurs procurent un peu de chaleur pour lutter contre les moins 30 degrés de l'extérieur ... Bien entendu ils se blessent, tombent malades et ont évidemment des carences alimentaires. Et dans des situations de dénuement pareil, cela prend des proportions énormes et des dizaines de gamins meurent chaque année, parfois juste de froid !!!
Certains préfèrent même vivre de petits larcins pour passer l’hiver en prison et avoir au moins une soupe et un lit…
Ils sont environ 2000 enfants à vivre dans la rue. A l’époque communiste cela n’existait pas. A l’heure où l’on applaudit les efforts démocratiques de la Mongolie et son ouverture vers l’occident, la condition de ses enfants devrait être la priorité du gouvernement mongol.Une situation pareille, avec des gosses qui n'ont pour certains même pas 5 ans est insupportable.
Nous avons sympathisé avec un des enfants qui faisait la manche prés de notre hôtel. Nous n’avons pas pu faire grand-chose, à part lui offrir quelques repas. Et son grand sourire à chaque fois qu’il nous voyait était à la fois chaleureux et en même temps nous brisait le cœur de voir ce môme adorable, tout seul et livré à la loi de la rue. Car même entre eux les gosses ne sont pas tendres et certains même sont organisés en « gangs » …à 10 ans … Des enfants sans enfance.

Si on ne peut tous les adopter, même si parfois l'envie est grande, on peut cependant aider les organismes qui s'en occupent. Il y a heureusement plusieurs structures à Ulan Bator, gouvernementales ou non.
Il existe la fondation Christina Noble, qui œuvre pour les enfants en Asie du Sud et qui a monté un lieu d’accueil à Ulan Bator. Elle accepte toute sorte de dons comme des vêtements ou des cahiers. La liste de ce dont ils ont besoin est longue, et si vous voulez contribuer à son travail, vous pouvez aller voir son site :
http://www.cncf.org/

Il y a aussi un orphelinat d'Etat, qui a évidemment très peu de moyens. Des jeunes viennent l'été pour faire des camps avec les enfants et leur donner un peu d’animation pendant quelques mois. Nous avons rencontré un groupe de français, venus avec des camions chargés de matériel pour l’orphelinat (et aussi du matériel son et lumière pour organiser des rencontres musicales avec des locaux).
Ils sont restés tout l’été et racontent leur expérience avec les enfants sur leur site : http://missionmongolie.blog.lemonde.fr/missionmongolie/2006/08/index.html
Ils les ont notamment enregistrés chantant a capella, pour vendre le CD au profit de l’orphelinat.

Nous avons aussi profité d’être dans la capitale pour aller écouter une dernière fois un concert de musique traditionnelle mongole. Ce fut comme toujours un vrai régal, les chants et les mélodies vous transportant loin dans la steppe, au rythme du galop des chevaux, ou du souffle du vent. A découvrir absolument !



Cela nous a pressé de retrouver les grands espaces et nous avons filé direction l’Est d’Ulan Bator, du côté de Baganuur, dans un coin que nous avait conseillé Borgio.
Ces quelques centaines de kilomètres nous ont permis de tester la voiture, qui va bien et qui a repris un peu de pêche. C’était bien agréable de renouer avec les nuits dans notre petite auto et de se réveiller en regardant la campagne autour.


Nous avons retrouvé les merveilleuses lumières et les somptueux paysages de Mongolie qui nous avaient manqué. Nous avons planté le bivouac prés d’une large rivière, nous régalant depuis l’entrée de la tente des contrastes du bleu profond de l’eau et de celui plus clair du ciel, avec l’or des steppes jaunies par l’été.


Un été bien loin déjà semble-t-il car au petit matin, c’est la neige qui nous a accueillis au réveil ! Nous avions résisté depuis la veille à un fort vent du Nord si froid qu’il nous avait contraints malgré le soleil à enfiler blousons et bonnets.

Il avait même fallu arrimer la tente à la voiture pour qu’elle ne s’envole pas… Nous ne nous attendions tout de même pas à ce qu’il nous amène des giboulées de neige !



Mais comme en fin de matinée le ciel devenu gris de plomb a commencé à s’éclaircir, nous avons vaillamment décidé de rester encore, résolus à ne pas déjà retourner à Ulan Bator.
Le lendemain fut ensoleillé mais décidément trop froid, et quand il se remit à neiger nous décidâmes de plier le camp.



Nous partîmes à la recherche de quelque camp de yourte pour nous réchauffer autour d’un poêle. C’est avec joie que nous avons finit par en dénicher un dans un endroit non moins idyllique, avec une vue superbe sur un large fleuve aux langoureux méandres.

Et comme par hasard le lendemain le vent était tombé par miracle et il faisait si chaud que nous avons déjeuné devant notre ger en T-shirt ! Allez comprendre … On ne dira jamais assez que la Mongolie est un pays imprévisible !
Du coup nous avons pu profiter de l’endroit encore deux jours et se faire de belles balades au bord de l’eau.



Mais ce joli coin très peu fréquenté à cette saison promet de devenir un futur « tourist land » car les mongols ont bien compris l’intérêt lucratif de monter un camp de yourtes à 50 kilomètres d’Ulan Bator … Ainsi plusieurs structures étaient en construction autour de la notre et certains bâtissent même des supers gers en béton, pour toujours plus d’authenticité !!!

Et malheureusement la capacité de recyclage des déchets ne suit évidemment pas cette expansion et l’on continue à jeter les poubelles, par exemple dans le lit de la rivière …


Nous avons finalement dû quitter cette (encore) belle rivière, pour rentrer sur « UB » récupérer nos visas. Cette fois nous avions chargé une agence de l’affaire, échaudés par l’expérience du consulat russe d’Almaty … Nous avons ainsi pu obtenir un « rab » de 4 jours en plaidant que notre 3 CV est loin d’être une fusée, car le visa de tourisme délivré par le consulat d’Ulan Bator n’est que de 21 jours, au lieu de 30 partout ailleurs !
Notre mission, et nous n’avons pas le choix de l’accepter, est donc d’effectuer 8 000 km de liaison entre la frontière mongole et les portes de l’Europe en 25 jours…
Cela dit, ça ne fait que 320 km par jour, mais il ne s’agit pas d’avoir une panne sérieuse …

Nous nous réjouissons cependant de découvrir le lac Baikal en automne et de retrouver la chaleureuse spontanéité russe. Nous verrons bien ce que nous réserve « La Grande Russie » et en particulier les premiers milliers de kilomètres sibériens où nous savons qu’une route en très mauvais état, voir même une piste boueuse nous attend sur 200 km…
Quant à notre parcours dans ce vaste pays, au delà d’Irkoutsk puis Novossibirsk, nous ne sommes pas encore déterminés, le froid décidera pour nous … Mais après cette petite semaine à moins de zéros degrés sous notre tente estivale, on est prêt à affronter le début de l’hiver Sibérien !


En attendant voici une petite carte à agrandir du parcours effectué jusqu’à présent. C’est un trajet approximatif de ce que nous avons réalisé : en blanc avec la voiture, en rouge avec un autre moyen de transport (jeep ou mini van russe, cheval, train ou bus).
















Notre route de l’eau se poursuit maintenant sur les rivières du retour ...

* "Au revoir Mongolie"

13 commentaires:

Marie a dit…

Ah, ça sent le retour...ça doit être un peu bizzare pour vous de dire au revoir à cette Mongolie qui a porté vos rêves depuis tant de temps; mais nous on est bien contents que vous soyez bientôt avec nous !!!
Allez, bonne route et ne nous faites pas le coup de la panne avant d'être parmi nous! ;)

LE ZUBIAL a dit…

Hé les P'tits Loups

Bon, on prépare doucement le village d'irréductibles en Suisse, ou tout le monde pourra se retrouver.... Pierrot vient s'installer lundi et c'est cool :o) d'ici là ma carte à cocktails aura sérieusement augmenté.............

Merci pour vos commentaires sur la blog, à chaque fois je suis hyper tocuhé que vous preniez un instant pour aller voir ma p'tite vie de Toto, au milieu de votre grande aventure.....

Des bisous et beaucoup de tendresse

Thom

richarafgha a dit…

Je serais bien venu prendre quelques vacances en Mongolie avec vous... j'ai hate de passer des nuits autour du feu a echanger sur ces enfants du monde...votre blog me permet de m'evader de la poussiere afghane...bises a vous 2 espece d'ours siberiens...

stéphanie a dit…

Ces paysages mongols nous font toujours autant révés et nous font oubliés quelques temps notre quotidien bien terne en cette période de rentrée... Tout la famille vous embrasse fort....
Stéph & François

maryse a dit…

nous avons hate de vous retrouver et en meme temps... quel blog aussi interessant allons nous lire après? Faites un livre ou un CD à votre retour!! Bisous de la tata Bonne route

Les Extrem' istes a dit…

Salut les Doudingues !

Que nous sommes heureux de vous suivre à distance.
Partager les petits tracas de la vie et le bonheur des rencontres.

Les rêves se réalisent quand on y croit très fort. Votre cerise sur le gâteau c'est de les partager tous les deux.

Nous pensons très fort à vous et espérons vous revoir un de ces jours au détour d'une aventure ici ou ailleurs.

Si vous avez besoin d'un caisson étanche pour mettre l'Ami6 dedans et vous permettre de continuer le voyage vers l'est pas de soucis, l'Alaska, ce doit être super chouette !

Gros bisous

Stéph et Sylvie

mag a dit…

Emma, t'as pensé à tricoter un cache-col à votre chère amie??
Merci pour ces paysages magnifiques qui me transportent chaque fois et me font rêver.
Heureuse de savoir que votre retour approche et un peu tristounnnette aussi car je ne serai pas là pour vous accueillir.
Grosses bises à vous.
Mag

Matthieu a dit…

Bonjour à tous deux !

J'ignore où vous serez lorsque vous lirez ces quelques lignes.
Sachez en tous cas que je pense bien à vous depuis que nous nous sommes rencontrés dans ce restaurant d'UB.
Votre aventure est géniale. Mais ce qui m'épate le plus c'est votre capacité à franchir le pas et à vivre votre rêve, au delà des contraintes d'ici bas.
Ne soyez pas tristes de rentrer : d'abord parce que la route est encore longue et qu'elle vous réservera encore moulte merveilles. Et ensuite parce qu'il y aura probablement d'autres voyages.
Je lis avec intérêt votre Blog (depuis que j'ai retrouvé mon carnet et donc l'adresse magique au fin fond du sac à dos...!!).
Et soyez certains que je repasserai rapidement !
D'ici là, je vous souhaite bonne route ! Prennez soin de Titinne !

Ciao !
Matthieu

Alex a dit…

Salut vous deux,
Vous nous avez fait rever pendant bien longtemps, à travers tout ces pays, coutumes et périples.
J'vous souhaite un bon retour parmi les notres en ésperent qu'il vous arrivera encore plein de choses palpitentes ( creuvaison, perte du moteur, pas d'essence, tempete.....) lol, ca fait bien rire quand on lit vos aventures alors qu'on est au chaud chez soi......et oui le malheure des autres....
Enfin à trés bientot j'espere et merci pour votre petite attention ;)

bye bye

Fabrice a dit…

J'espere qu'entre le moment ou on c'est rencontre hier et votre arrivee a St. Petersbourg vous n'avez rencontre aucun probleme.

Je viens de faire un petit tour sur votre blog. Hyper interessant autant pour le contenu que le contenant.

Bonne continuation et peut-etre "a la revoyure" ici ou un peu plus loin sur la route.

Fabrice (St. Petersbourg)

quentin a dit…

On attend votre retour avec impatience et 1 énorme pot de nutella et de creme de marron.

fanny a dit…

salut les loulous!!
Je suis impardonable de ne pas avoir donner des news plutot... parait que vous vous inquietez pour le poulet au vin jaune? Pas de soucis, il vous attend, et nous aussi!!
Le boulot ayant vite repris on s'est un peu laisser depasser par les evenements, mais la je me suis repris quelques jours de vacances. Devinez ou? Je vous le donne en mille.... en inde!! Bah oui, je ne pouvais pas rester un jour de plus sans voir ma copine elise... Alors on vous fait coucou, elise et moi, depuis Delhi!!
Bonne route, a bientot.

Anonyme a dit…

Salut,
super periple et que d'aventures. Que dire des photos, magiques !
Bonne continuation et tenez nous au courant des temperatures ;)
A+
Yannick